MANIFESTE de SOS MEDITERRANEE

Aux portes de l’Europe, une catastrophe humanitaire est en cours.

Depuis le début de l’année, plus de 1’100 personnes sont décédées en mer Méditerranée centrale, entre la Libye et l’Europe.

Depuis 2014, ce sont plus de 18’000 personnes qui ont perdu la vie dans cette même région.

Mais confrontés à une telle crise humanitaire, les États du continent européen ferment les yeux.

Que s’est-il passé pour que l’on refuse de porter secours à des personnes qui se noient ?    

Porter secours est un impératif humanitaire

C’est également une obligation légale inscrite dans le droit international.

Le droit maritime impose l’obligation de prêter assistance à toute personne en péril en mer et de débarquer les personnes rescapées aussi rapidement que possible dans un lieu sûr.

Tout marin doit être en mesure de répondre à cette obligation avec la certitude que les autorités s’engageront à faciliter le sauvetage. 

Or, aujourd’hui les moyens de recherche et de sauvetage manquent dramatiquement en Méditerranée, en l’absence notamment de dispositif de coordination et de ressources étatiques. 

Face à la crise qui se déroule sous nos yeux, nous réaffirmons un principe humanitaire et légal indiscutable : le devoir de porter secours à toute personne en danger.

Pour cette raison, nous demandons aux États du continent européen de mettre en place un dispositif de recherche et de sauvetage efficace, conforme au droit et doté de moyens suffisants.

Nous demandons également de garantir le débarquement rapide des personnes rescapées dans un port sûr.

En signant ce manifeste, c’est finalement à un réflexe d’humanité nous appelons. 

SIGNEZ NOTRE MANIFESTE !

En cliquant sur « Je signe », vous acceptez de recevoir des communications et des formes d’engagement de la part de SOS Méditerranée via les coordonnées collectées dans le formulaire. Vos données personnelles collectées resteront strictement confidentielles. Elles ne seront ni vendues ni échangées conformément à nos mentions légales.

NOTRE APPEL

Aux portes de l’Europe, une catastrophe humanitaire est en cours.

Depuis le début de l’année, plus de 1’100 personnes sont décédées en mer Méditerranée centrale, entre la Libye et l’Europe.

Depuis 2014, ce sont plus de 18’000 personnes qui ont perdu la vie dans cette même région.

Mais confrontés à une telle crise humanitaire, les États du continent européen ferment les yeux.

Que s’est-il passé pour que l’on refuse de porter secours à des personnes qui se noient ? 

C’est également une obligation légale inscrite dans le droit international.

Le droit maritime impose l’obligation de prêter assistance à toute personne en péril en mer et de débarquer les personnes rescapées aussi rapidement que possible dans un lieu sûr.

Tout marin doit être en mesure de répondre à cette obligation avec la certitude que les autorités s’engageront à faciliter le sauvetage. 

Or, aujourd’hui les moyens de recherche et de sauvetage manquent dramatiquement en Méditerranée, en l’absence notamment de dispositif de coordination et de ressources étatiques.

Face à la crise qui se déroule sous nos yeux, nous réaffirmons un principe humanitaire et légal indiscutable : le devoir de porter secours à toute personne en danger.

Pour cette raison, nous demandons aux États du continent européen de mettre en place un dispositif de recherche et de sauvetage efficace, conforme au droit et doté de moyens suffisants.

Nous demandons également de garantir le débarquement rapide des personnes rescapées dans un port sûr.

En signant ce manifeste, c’est finalement à un réflexe d’humanité nous appelons.